Bonjour ! Une fois encore, l’actualité spatiale nous a réservé un solide programme : entre les manœuvres cruciales en cours du côté d’ExoMars, la Chine qui s’apprête à expédier des taïkonautes en orbite, les nouvelles qui nous parviennent de Juno et l’avenir de l’ISS, on n’a pas le temps de s’ennuyer.

Illustration de la séparation entre le TGO et Schaparelli. Copyright : ESA/ATG medialab
Illustration de la séparation entre le TGO et Schaparelli. Copyright : ESA/ATG medialab

Moment de vérité pour ExoMars

La mission ExoMars a entamé sa semaine de vérité ! Ce dimanche 16 octobre, l’atterrisseur Schiaparelli s’est séparé avec succès du Trace Gas Orbiter (TGO). Les deux engins font désormais route séparément en direction de Mars. Suivant une trajectoire balistique, Schiaparelli se posera mercredi 19 octobre à la surface de la planète rouge… si tout va bien. La confirmation de la séparation est parvenue peu avant 17h aux équipes de l’agence spatiale européenne (ESA) qui travaillent sur le programme ExoMars en collaboration avec l’agence spatiale russe Roscosmos. Un seul hic à signaler : après la séparation, le TGO n’a pas transmis immédiatement les données de télémétrie attendues (en gros, des informations sur le statut de l’appareil), mais celles-ci ont bel et bien fini par parvenir à l’ESA, qui va néanmoins étudier le problème. Schiapareilli, lui, va bien.

By Johnson Lau (Own work) [CC BY-SA 3.0], via Wikimedia Commons
Jing Haipeng en 2008. Crédit : Johnson Lau [CC BY-SA 3.0], via Wikimedia Commons

Nouveau vol habité pour la Chine

Trois ans après sa dernière mission habitée (en juin 2013), la Chine s’apprête à faire décoller une nouvelle capsule Shenzhou, ce lundi 17 octobre ! Les noms des deux taïkonautes de la mission Shenzhou 11 ont été révélés ce weekend : ce sont Jing Haipeng et de Chen Dong qui prendront la direction de la petite station spatiale Tiangong-2, au sein de laquelle ils resteront pendant trente jours. Taïkonaute expérimenté, Jing Haipeng est déjà allé dans l’espace à deux reprises : la première fois en 2008 lors de la mission Shenzhou 7 et la seconde en tant que commandant de la mission Shenzhou 9, en 2012. Notons également que Shenzhou 9 avait déjà pour objectif de s’amarrer à une station orbitale (il s’agissait de Tiangong-1) et de l’occuper pendant quelques jours. Par ailleurs, contrairement aux équipages de Shenzhou 7, 9 et 10, composés de trois personnes (et Shenzhou 8 étant inhabitée), Shenzhou 11 a été réduite à deux occupants pour permettre à ces derniers de rester un mois en orbite. Après le décollage à l’aide d’une fusée Longue Marche 2F, la capsule chinoise mettra deux jours pour atteindre la station spatiale Tiangong-2. Nous y reviendrons la semaine prochaine !

pia21031_3_figa_npoleterminatorview2_figa
Crédits : NASA/JPL-Caltech/SwRI/MSSS

Contretemps pour Juno

On déplore un contretemps du côté de la sonde Juno, actuellement en orbite autour de Jupiter. En effet, lors de son second passage à proximité de cette dernière, ce 19 octobre, il était prévu que la sonde américaine enclenche une toute dernière fois ses moteurs pour modifier l’élongation de son orbite et faire passer la durée de celle-ci de 53,4 jours à seulement 14 (pour qu’elle s’éloigne beaucoup moins de la géante gazeuse entre ses survols rapprochés). Toutefois, lors d’une séquence de commandes opérée cette semaine, la NASA a réalisé que l’ouverture de deux valves situées au sein du moteur avait pris beaucoup plus de temps que prévu, compromettant la bonne marche de la manœuvre programmée quelques jours plus tard. L’opération est ainsi reportée au moins jusqu’au 11 décembre, date du prochain survol à proximité. Cette date n’est toutefois pas encore certaine : il s’agit simplement de la « prochaine opportunité » de mise à feu pour Juno. Du coup, alors que le nombre d’instruments scientifiques utilisés ce 19 octobre devait être limité, ils seront finalement tous activés pour récolter un maximum de données. Un mal pour un bien, dirons-nous ? En tout cas, que la sonde allume ou non ses moteurs cette semaine, on peut s’attendre à une nouvelle moisson de données très intéressante, avec notamment des images du style de celle que vous pouvez admirer ci-contre : le pôle nord de Jupiter pris à 78.000km au-dessus de ses nuages lors du premier survol à proximité de la géante gazeuse par Juno, le 27 août.

Une capsule Dragon récupérée dans l'océan le 11 février 2015, après la mission CRS-5. Crédit : Domaine public.
Une capsule Dragon récupérée dans l’océan le 11 février 2015, après la mission CRS-5. Crédit : Domaine public.

Le futur de l’ISS en trois points

Le retour (attendu) d’Antares

Enfin, cette nuit, la fusée Antares d’Orbital ATK devrait faire son grand retour sur le marché des lanceurs spatiaux, presque deux ans après sa spectaculaire explosion du 28 octobre 2014. Sa mission : emporter une capsule cargo Cygnus à destination de la station spatiale internationale. Avant de savoir si la mise à jour de la fusée est une réussite, on se quitte avec cette jolie photo du lanceur prise au lever du soleil, sur son pas de tir à la base de lancement de Wallops (en Virginie).

Crédits : NASA/Bill Ingalls
Crédits : NASA/Bill Ingalls
Publicités