Bonjour ! Cette semaine, deux sujets : premièrement, Juno, qui marque un nouveau grand succès pour la NASA, et deuxièmement l’arrivée de trois personnes à bord de la station spatiale internationale !

Juno : terminus Jupiter, personne ne descend

Illustration de la sonde Juno et de ses fameux panneaux solaires, avec ses instruments scientifiques. Crédit : NASA/JPL
Illustration de la sonde Juno et de ses fameux panneaux solaires, avec ses instruments scientifiques. Crédit : NASA/JPL

La grosse nouvelle de la semaine, c’est bien évidemment la mise en orbite réussie de Juno autour de Jupiter après un peu moins de cinq ans de voyage et 2,8 milliards de kilomètres parcourus ! La sonde américaine a activé ses moteurs pendant 35 minutes le 4 juillet dernier afin d’être définitivement capturée par l’attraction de la géante gazeuse. Actuellement, l’orbite de Juno est de 53,4 jours, et il faudra attendre le 19 octobre pour qu’elle atteigne son orbite finale de 14 jours (pour cela, elle allumera ses moteurs une dernière fois). D’ici là, la NASA va procéder à une série de tests pour s’assurer que la sonde fonctionne parfaitement. Les jours précédant l’approche de Jupiter par Juno, l’agence spatiale américaine a coupé tous ses instruments scientifiques pour se donner toutes les chances de réussir son insertion orbitale. Le 5 juillet, cinq de ses instruments ont été réactivés avec succès, et les autres devraient suivre avant la fin du mois. Les prochaines données scientifiques « préliminaires » seront récoltées le 27 août, lorsque la sonde passera pour la prochaine fois au plus proche de la planète gazeuse. Quant à la mission proprement dite, elle débutera réellement en octobre et durera une vingtaine de mois. On peut compter sur la « JunoCam, » la caméra embarquée par la sonde, pour nous livrer de magnifiques images de Jupiter et de ses pôles encore mal connus. Ses premières images ne devraient d’ailleurs plus trop tarder. Ci-dessous, on peut déjà admirer une petite animation sur laquelle on peut voir les quatre lunes « galiléennes » de Jupiter en orbite autour de cette dernière. De la plus proche à la plus éloignée : Io, Europe, Ganymède et Callisto (tout à droite). Pour rappel, ces lunes sont surnommées ainsi car elles ont été découvertes par Galilée en 1610, ce qui ne nous rajeunit pas. Une vidéo plus complète est par ailleurs visible ici (si vous aimez la musique hollywoodienne).

Soyouz : terminus ISS, tout le monde à bord

Le vaisseau Soyouz et ses trois occupants, peu avant son docking avec l'ISS (photo prise depuis le "Moscow Mission Control Center"). Crédit : NASA/Bill Ingalls
Le vaisseau Soyouz et ses trois occupants, peu avant son docking avec l’ISS (photo prise depuis le « Moscow Mission Control Center »). Crédit : NASA/Bill Ingalls

Du côté de la station spatiale internationale, du sang neuf est venu grossir les rangs de l’équipage, qui était réduit à trois personnes depuis plusieurs semaines. Le 6 juillet, une fusée Soyouz transportant une capsule russe du même nom a expédié sur orbite l’Américaine Kate Rubins, le Russe Anatoli Ivanichine et le Japonais Takuya Onishi, partis rejoindre l’Expédition 48Pour l’occasion, les trois astronautes ont voyagé à bord d’une nouvelle version du vaisseau Soyouz (le Soyouz MS) et leur voyage a duré deux jours (34 orbites de la Terre) au lieu de l’habituel trajet de 6 heures (soit 4 orbites de la Terre) d’habitude nécessaire pour rejoindre l’ISS depuis Baïkonour. Il s’agissait pour l’occasion de tester une série de nouveaux systèmes installés sur ce Soyouz dernière génération. L’amarrage s’est déroulé correctement ce 9 juillet et l’Expédition 48 est donc désormais au complet ! Les trois nouveaux venus vont passer environ quatre mois à bord de la station orbitale. Ils y rejoignent Oleg Skripotchka, Alekseï Ovtchinine et Jeff Williams, le commandant du moment. Ces derniers quitteront la station en septembre prochain.

L'équipage de l'expédition 48 au complet vu depuis le "Moscow Mission Control Center." Crédit : NASA/Bill Ingalls
L’équipage de l’expédition 48 au complet vu depuis le « Moscow Mission Control Center. » Crédit : NASA/Bill Ingalls

Publicités